Magazine

Quand Michel Berger chantait la solitude

  |   Savoir communiquer   |   Pas de commentaire

Plus de vingt ans déjà

 

Sa musique est plus vivante que jamais. Et pourtant, il y a plus de vingt ans, foudroyé par une crise cardiaque le 2 Août 1992, MICHEL BERGER s’est éteint à 43 ans.

L’auteur de Starmania avait une fragilité et comme s’il avait pressenti un départ précoce, ce génie de la musique multipliait les créations. Il venait d’enregistrer avec France GALL, l’album « Double Jeu ».

 

Aujourd’hui, sa présence, au travers des dernières compilations sorties, nous rappelle combien cet être « extra lucide » avait compris ce qu’était la solitude des êtres humains.

 

« Quelques mots d’Amour, l’un sans l’autre, les uns contre les autres, etc… beaucoup de ses chansons parlaient de cette solitude que chacun de nous peut ressentir un jour ou l’autre…

Toutes les générations se reconnaissent dans la tendresse de ses mélodies.

 

Il créait pour ses amis, pour ses amours. En pleine période yéyé, il voulait marier le rockn’roll avec le classique. Pour réaliser ce rêve, il créa deux opéras rock « Starmania » et « la légende de Jimmy ». Des années après, les titres de ces opéras continuent à être diffusés sur les ondes et ses écrits sont d’actualité.

Les grandes Stars lui ont fait confiance pour mettre leurs sentiments en musique. Rappelons nous Johnny Halliday avec « Quelque chose de Tenessee » devenu depuis, un classique de son répertoire. Cette chanson en hommage à l’écrivain Tenessee Williams restera la chanson phare de l’album « Rock’roll attitude » qu’il lui avait écrit en 1985.

Françoise Hardy, Daniel Balavoine, France Gall, Johnny….Rien que des grands et de belles chansons…

 

Véronique Sanson a sû nous faire vibrer au travers d’un album qu’elle lui a dédié et dans lequel elle avait repris ses plus grands succès. Qui, mieux qu’elle, aurait pû les interpréter avec autant d’authenticité ? Un bijou à garder dans ses tiroirs….D’ailleurs, l’ ami d’enfance de Michel Berger nous a écrit un album souvenirs aux éditions du Cherche Midi, dans lequel il nous précise que Michel disait toujours : « écoutez mes chansons et vous saurez tout ».  Il ne cessait de répéter qu’il n’ écrivait vraiment que pour ceux qu’il aimait.

 

Ce sentimental aux allures d’éternel adolescent aimait passionnément la vie. Fils du Professeur Hamburger, le célèbre néphrologue, décédé le 1er février 1992, il regrettait de ne pas avoir été plus proche de lui. Déjà, dix ans auparavant, il avait beaucoup souffert de la disparition de son frère Bernard le 26 janvier 1982. Toute cette souffrance lui faisait dire : « créer, c’est affirmer qu’on existe, c’est anéantir le néant ». Michel reportait toute sa tendresse sur sa famille qu’il chérissait. Près de ses enfants, il appréciait sans réserve ce bonheur dont il connaissait la précarité. « Moi, disait-il, je me fous de ce qui se passe après la mort…. ».

 

Aujourd’hui, on devine que de là haut, maintenant qu’il sait ce qu’il s’y passe, il continue à nous envoyer tout ce qu’il avait de meilleur au travers de cette musique que nous ne nous lassons pas d’écouter avec beaucoup d’émotion….

 

Michel ce magazine est un hommage à ton talent et nous espérons qu’au fil du temps, tu nous aideras de là haut à le faire grandir pour aider un maximum de personnes sur cette terre.

 

 

Chantal ROLLAND

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.