Magazine

BIEN ETRE : APPRENDRE A SE DETENDRE

  |   Beauté/forme, Bien être/Beauté forme   |   Pas de commentaire

APPRENDRE A SE DETENDRE. SAVOIR SE RELAXER

 

Il y a quelques temps, Jacques Lafleur (psychologue) et Robert Béliveau (médecin) ont co-écrit un ouvrage intitulé « les quatre clés de l’équilibre personnel » aux Editions Logiques qui nous parle de nos souffrances psychologiques. Ils nous expliquent que « quand on va mal, on court chez son médecin pour qu’il cherche une solution rapide à notre problème.

Mais les traitements médicaux ne donnent pas souvent les résultats escomptés : tôt ou tard, la fatigue, l’anxiété, les sentiments dépressifs refont surface. On souffre à nouveau et l’on désespère de trouver un remède au mal qui nous afflige. Il y a pourtant moyen de recouvrer la santé. Pour y arriver, il faut aborder notre souffrance plus globalement. L’origine du mal de vivre n’est pas dans le corps, mais dans notre vie : c’est elle qu’il faut soigner, sans négliger, bien sûr, les symptômes qui nous accablent.

Pour retrouver santé et énergie, pour guérir vraiment et récupérer son équilibre, il faut identifier les causes du  » mauvais stress  » et avoir le courage de s’y attaquer. C’est le seul moyen. et c’est ce que vous proposent les auteurs des Quatre clés de l’équilibre personnel. Grâce à ses explications simples et précises, vous comprendrez la relation directe entre votre santé physique et votre équilibre psychologique ; la nécessité, pour aller mieux, de changer ce qui ne va pas dans votre vie ; le pouvoir destructeur de vos émotions refoulées et des difficultés que vous persistez à ignorer.

A l’aide de ses questionnaires-tests, vous pourrez découvrir les véritables sources de votre mal. Grâce à ses guides d’action, vous pourrez soulager efficacement les symptômes physiques et psychologiques du stress. Les quatre clés de l’équilibre personnel est un outil pratique qui permet de soigner le mal à la source, d’agir de façon plus constructive sur soi et de mieux vivre avec les autres. ».

Au travers de ce livre, on a pris conscience du lien étroit qui existe entre nos problèmes physiques et psychologiques.

Et si nous nous devons d’améliorer certains aspects psychologiques de notre personne, il serait bien de commencer par apprendre à nous relaxer, à nous détendre.

Nous avons donc trouvé un autre ouvrage de Jacques Lafleur, au travers d’un site bien connu, qui nous donne des clés pour comprendre notre fonctionnement et pour nous détendre :

Jacques Lafleur identifie huit points communs, qu’il appelle « clés », utilisés en diverses combinaisons par les différentes techniques de relaxation ou de méditation. Pour se détendre, aucune de ces clés n’est essentielle mais chacune peut aider à se détendre davantage. Ces clés peuvent aussi être utilisées, à votre façon, une à la fois ou de façon combinée, pendant une minute, en faisant autre chose ou pour une séance de plusieurs minutes consacrée à la pratique selon l’objectif que vous voulez atteindre.

Voici ces huit clés pour relaxer:

  1. Respirer.

 »On se détend davantage quand on respire profondément et, quand on est détendu, notre respiration s’approfondit: une fois bien enclenché, le processus s’entretient donc lui-même. Notre respiration redevient cependant plus superficielle dès qu’on est de nouveau crispé, qu’on recommence à se préoccuper (…), qu’on est saisi d’un grand enthousiasme, etc.. »
  2. Prendre une posture qui permet la décontraction musculaire.

 »Quand on est stressé, tous nos muscles se contractent. On peut cependant les détendre, en partie, en prenant une posture qui ne nécessite pas de contraction. Les positions allongée et assise facilitant le relâchement de la plupart des muscles, on les utilise dans la majorité des méthodes de relaxation. » Dans « Relaxer », l’auteur suggère des positions tirées du yoga, du training autogène, de la sophrologie et de l’anti-gymnastique.
  3. Détendre volontairement nos muscles. 

 »Plus on le fait souvent, plus on devient habile à détecter nos tensions et à les dénouer, si bien qu’elles cessent d’être chroniques. » On peut pratiquer cette clé durant une séance de 10 ou 15 minutes (passant en revue les muscles de tout le corps) ou y penser dans le quotidien lorsque l’on perçoit des tensions musculaires.
  4. Étirer ou masser nos muscles et nos articulations.

Pour aider notre musculature à se décontracter. « Il faut cependant que l’étirement soit graduel pour que l’effet désiré se produise. Un étirement rapide ou saccadé produira au contraire un réflexe de contraction, si non une élongation douloureuse. »
  5. Être présent.

 »Dans presque toutes les méthodes d’harmonisation intérieure, il nous est demandé de nous concentrer. Il s’agit donc moins de faire le vide que d’être présent à quelque chose: à nos membres, à notre respiration, à nos idées, à des formules, à des sons ou à de la musique, à des consignes enregistrées sur cassette, à certains mouvements, à certaines sensations, à des images, à la flamme d’une bougie, à des objets, etc. (…) Dans le quotidien, la présence aux choses et aux êtres rend la vie beaucoup plus belle. »
  6. Adopter l’attitude « laisser être ». 

 »Lorsqu’on pratique la relaxation avec cette attitude, on évite d’avoir des attentes précises et de considérer l’exercice que l’on fait comme une performance à accomplir. (…) Les distractions, les émotions, les désirs arrivent; ce n’est ni bien ni mal, on les accueille sans juger et on dirige de nouveau notre conscience vers notre respiration, vers nos membres, vers ce qu’on entend, ou vers autre chose, selon la méthode qu’on pratique.(…) Dans la vie de tous les jours, cette attitude (…) permet un recul. »
  7. Utiliser la suggestion ou l’autosuggestion. 

 »On n’invente rien et on n’essaie pas de se convaincre. On dirige simplement notre esprit vers certaines possibilités corporelles ou psychologiques et, en utilisant des mots ou des images appropriées, on aide à ce qu’elles deviennent réelles. » Une façon d’utiliser la suggestion est de se centrer sur les sensations de détente que l’on ressent (par exemple l’approfondissement de la respiration, la sensation de lourdeur) et de les verbaliser (ma respiration s’approfondit, mon bras devient lourd) afin d’aider à les amplifier. Il s’agit de favoriser une direction et non pas de vérifier si la suggestion devient vraie. Plus on utilise un enchaînement plausible de suggestions que l’on peut croire possibles, mieux cette clé peut fonctionner. Par exemple: commencer par « mes épaules se détendent peu à peu à chaque expiration » avant « mes épaules sont parfaitement détendues ». Une autre façon d’utiliser la suggestion est, par exemple, de visualiser des scènes qui inspirent la détente. Plusieurs techniques suggèrent différents types de suggestions. Vous en retrouverez plusieurs dans « Relaxer ».
  8. S’entourer de conditions extérieures favorables à la détente. 

 »Certaines conditions extérieures prédisposent à la relaxation alors que d’autres augmentent le niveau de stress. » Par exemple, cela peut aider à relaxer davantage de diminuer l’intensité de la lumière et du son, choisir des vêtements confortables, etc.. D’autres applications de cette clé sont d’aller dehors et d’entrer en contact avec la nature.

L’auteur fournit plusieurs suggestions et exercices pour s’initier à chacune de ces clés, pour les appliquer dans le quotidien et pour les combiner. Il décrit les bénéfices particuliers qui peuvent résulter de chacune de ses clés ainsi que la façon dont certaines méthodes reconnues y font appel.

Référence:
Jacques Lafleur, Relaxer. Des stratégies pour apprivoiser son stress, Éditions Logiques,

D’après « comment relaxer » Psychomédia.

Jacques Lafleur et Robert Béliveau, les quatre clés de l’équilibre personnel, Editions Logiques,

 

Chantal ROLLAND

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire