Magazine

BIEN ETRE : LES OTITES ET L’ETIOPATHIE

  |   Bien être, Bien être/Beauté forme   |   Pas de commentaire

L’ÉTIOPATHIE, POUR SOIGNER LES OTITES SANS ANTIBIOTIQUES NI PLEURS.

Chronique ou aigüe, virale ou bactérienne, l’otite est une inflammation de l’oreille très fréquente chez les enfants de 6 mois à 7 ans : 80% d’entre eux en feront une avant l’âge de 3 ans et 45% en feront une vers l’âge de 5 ans. Mal soignée, une otite récidivante ou chronique provoque une gêne pour certains enfants avec des épisodes très douloureux. En identifiant la cause de l’otite et de par son intervention manuelle,l’Etiopathie pourra réduire notablement les récidives ainsi que la chronicité de cette pathologie.

Une otite touche près de deux enfants sur trois avant l’âge de trois ans. Cette inflammation de peau ou de muqueuse de l’oreille représente une des pathologies de la sphère ORL des plus douloureuses. La plupart des otites sont d’origine virale ou se manifestent pendant un rhume. Généralement sans gravité, elles ne sont cependant pas contagieuses et ne se transmettent pas comme le rhume. Néanmoins, les germes responsables de certaines otites peuvent, eux, être contagieux.

1- COMPRENDRE L’OREILLE POUR BIEN COMPRENDRE L’OTITE

Pour bien comprendre ce qu’est une otite, il est important de comprendre l’anatomie de l’oreille qui se

divise en trois parties. A chaque niveau de l’oreille correspondra un type d’otite bien spécifique.

L’oreille externe : se compose du pavillon de l’oreille et conduit auditif

L’oreille moyenne : se compose du tympan, de la caisse du tympan (ou l’on retrouve les osselets, ces petits os qui assurent la transmission des vibrations sonores) et de la trompe auditive ou trompe d’Eustache, élément clef dans le mécanisme des otites.

L’oreille interne : se compose de la cochlée (partie ou les vibrations sont transformées en impulsions nerveuses), du vestibule et des canaux semi-circulaires, les organes de l’équilibre.

En temps normal, le son fait d’abord vibrer le tympan, qui fait ensuite bouger les osselets. À leur tour, les osselets transmettent le mouvement aux cellules de la cochlée qui envoient enfin le message au nerf auditif. Toutefois, dans le cas d’une otite moyenne aiguë ou d’une otite séreuse, la présence de liquide dans l’oreille moyenne restreint le mouvement des osselets et empêche une transmission optimale du son.

Il est par ailleurs intéressant de rappeler qu’une oreille moyenne est ventilée 3 à 4 fois par minute lorsque l’enfant avale et qu’il bâille grâce à la trompe auditive ou trompe d’Eustache. Chez l’adulte, la trompe auditive mesure environ 35 à 45 mm alors que chez le bébé, elle mesure la moitié de cette longueur pour atteindre sa taille définitive vers les 7 ans.

2- LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES D’OTITES

De manière générale, on distingue trois types d’otites : les otites externes, les otites moyennes aiguës dites OMA qui sont les plus courantes et les otites internes (ou labyrinthites).

 L’otite moyenne aigue (OMA) concerne surtout les enfants de moins de 6 ans – avec un risque maximal entre 6 et 12 mois et encore important entre 1 et 2 ans. Elle fait suite à un rhume et représente une inflammation infectieuse de l’oreille moyenne et de la trompe d’Eustache. Elle se caractérise par une colonisation bactérienne du liquide présent derrière le tympan. Si cette dernière est mal soignée, elle devient alors séreuse du fait d’une accumulation de liquide derrière le tympan.

L’otite externe concerne principalement les adultes et atteint le conduit auditif externe. 10% de la populationmondialeauraaumoinsunépisoded’otiteexterneaucoursdelavie,ils’agitde lacauselaplus fréquente de consultation ORL. On l’appelle également l’otite du baigneur et la douleur lorsque l’on tire sur l’oreille est assez caractéristique. L’otite interne se caractérise par une inflammation ou bien une infection de l’oreille interne. Elle peut-être bactérienne (rarement), virale (souvent) ou bien inflammatoire (la plupart du temps).

Chez les enfants, l’otite se manifeste par une fièvre inexpliquée, de la diarrhée, un trouble du sommeil, des vomissements et des manies à se gratter les oreilles. Chez les adultes en revanche, elle se manifeste simplement par un mal d’oreille.

3- L’ÉTIOPATHIE POUR SOIGNER LES OTITES DE FACON NATURELLE, SANS MEDICAMENTS

La vision unique de l’étiopathe face à la maladie, lui permet d’être des plus efficaces. En effet, son objectif est de limiter les récidives et la chronicité de la maladie, en travaillant sur la cause directement. En Étiopathie, on cherchera avant tout à supprimer l’infection qui est la cause directe de l’otite moyenne aiguë. Il s’agit presque toujours de sinusite, de reflux gastro-œsophagiens, d’encombrement rhino-pharyngé ou d’infection des fosses nasales, qui se transmettent à l’oreille par l’intermédiaire de la trompe d’Eustache.

Le traitement par action manuelle concerne donc l’affection ORL sous-jacente. Certaines techniques permettent en outre d’agir directement sur l’abouchement de la trompe, en rétablissant le

drainage de l’oreille moyenne, élargissant ainsi le champ de l’étiopathie aux otites séreuses. Les résultats sont constants et stables en quelques séances. Une opération manuelle normalisera la circulation de la sphère O.R.L. et les autres zones de la colonne en relation, pour supprimer l’état pathologique de l’oreille.

Le traitement de cette maladie par l’Étiopathie intéresse essentiellement les enfants pour une guérison totale suite à cinq ou sept séances. Plus l’otite est soignée tôt, plus rapide sera le résultat. Dans la plupart des cas, en dehors des affections virales, l’Étiopathie, en normalisant la circulation locale, permet de juguler l’infestation bactérienne secondaire à l’inflammation tant que cette infestation n’est pas trop invasive. L’Étiopathie, en supprimant les causes, évitera la chronicité d’une pathologie très douloureuse.

Le coût et les conséquences de la surconsommation de médicaments ne sont désormais plus tabous et face à cette réalité, l’Étiopathie apporte une solution de grande qualité dans une complémentarité bien comprise avec la médecine classique. Chaque année, les pathologies de la sphère ORL coûtent plus d’un milliard d’euros par an à la collectivité pour les seuls coûts directs et cela, sans compter les effets induits, à commencer par les nombreux cas de rechute. A cela s’ajoutent d’éventuels effets secondaires des traitements médicamenteux, l’absentéisme scolaire et en crèche, les arrêts de travail des parents pour garder les enfants, etc.

Par ailleurs, alors que les antibiotiques ne sont pas adaptés à la majorité des cas d’affections ORL, ils continuent d’être largement prescrits, ce dont s’est encore récemment alarmée l’OMS dans un communiqué de presse diffusé lundi 27 février dernier dans le cadre de ses efforts pour lutter contre la résistance croissante aux antimicrobiens dans le monde1.

Plus particulièrement, la France connaît l’un des plus hauts taux de résistance du pneumocoque à la pénicilline de toute l’Europe. Or quelques interventions, et parfois même une seule, selon le stade où est pris l’enfant, suffisent à l’étiopathe pour mettre un terme à ces phénomènes pathologiques… sans le moindre médicament.

 

 

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire