Magazine

SANTE : L’ AUTOMEDICATION

  |   Médecines et médecines douces, Santé   |   Pas de commentaire

Plus de 50 % des médicaments sans ordonnance n’ont jamais démontre  de contre indications mais tous les médicaments présentent des effets indésirables, parfois graves

. Dans ce guide pratique d’automédication, le professeur Giroud, expert international en médicaments, donne au lecteur :

• les outils pour soigner seul et sans danger

• tolérance de près de 4000 médicaments vendus sans ordonnance (y compris homéopathie et phytothérapie).

Pour chacun des troubles bénins de santé, vous trouverez :
• les manifestations, causes, signes d’alerte et conduites à tenir. • sans ordonnance, évalués, notés de 0 à 20 et commentés, information que vous ne trouverez nulle part ailleurs.

• une liste de 85 médicaments recommandés (les « favoris »).

Le guide expert est un ouvrage indispensable pour le grand public comme pour les professionnels de santé.

ENTRETIEN AVEC LE

PROFESSEUR GIROUD

Pourquoi un guide sur l’auto- médication ?
Dans le cadre de l’automédication, c’est-à-dire sans les conseils de son médecin, mieux vaut choisir des médicaments bien  tolérés. Ces informations ne sont pas accessibles au grand public, or il est important que les gens se soignent en toute connaissance de cause.

Qu’est-il important de savoir ?

plus de 50 % des médicaments mis sur le marché n’ont  sont susceptibles d’entraîner des effets indésirables plus ou moins graves. Prenons l’exemple des sirops contre la toux. 70 % d’entre

eux ne servent à rien, mais tous peuvent provoquer des troubles digestifs et des réactions allergiques.

Pourquoi classez-vous les médicaments selon leur substance active (dénomination commune internationale DCI) ?

Le risque, en se référant au nom de la marque du médicament, par exemple Doliprane, et non à la DCI (paracétamol), c’est d’associer, sans le savoir, plusieurs médicaments contenant la même substance active. Le paracétamol en est un exemple frappant. C’est un bon médicament mais il faut savoir que 200 spécialités (noms de marque) en contiennent, comme Doliprane, Dafalgan, etc. Vous pouvez donc dépasser le dosage maximal en prenant en même temps plusieurs de ces médicaments (4 g de pa- racétamol par 24 h) et vous retrouver avec une intoxication hépatique qui peut aller jusqu’à nécessiter une greffe de foie !

Jusqu’où peut-on aller en matière d’automédication ? L’automédication est utile pour traiter un trouble bénin chez les adultes en bonne santé à condition d’avoir recours à un  toléré. Attention, l’automédication est à proscrire chez les nourrissons, les femmes enceintes ou qui allaitent ainsi que chez les personnes âgées polymédicamentées.

Avec la collaboration de Hélène Berthelot, pharmacienne, experte en base de données sur les médicaments pour les médecins et les pharmaciens et auprès de la Haute Autorité de Santé, Gérard Simon, pharmacien, spécialiste en informatique médicale et pharmaceutique et Catherine Cupillard, rédactrice et auteur de documentaires pour la télévision.

© Sandrine Roudeix

Un guide pratique à avoir près de soi pour ne pas faire d’erreur…

AUTOMEDICATION

LE GUIDE SANS DANGER

Professeur Jean Paul GIROU

Aux Editions La Martinière

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire