Magazine

AMOUR : AU PALAIS DE LA DECOUVERTE…

  |   Amour   |   Pas de commentaire

« De l’amour au Palais de la découverte :
cette exposition est comme son sujet,
imprévisible, inattendue, pleine de surprises.
De l’amour questionnera ce mystérieux sentiment, en convoquant des travaux scientifiques contemporains en biologie, neurosciences, psychologie, sociologie, anthropologie 

et des expressions artistiques. L’occasion également d’une déclaration d’amour
à nos visiteurs ».
Bruno Maquart, président d’Universcience 

INTRODUCTION

Quel sujet d’attention plus universel que l’amour ? Énigmatique, fragile, moteur tout-puissant de tant d’histoires, il semble particulièrement difficile à cerner. Les deux galeries de l’exposition De l’amour – la galerie des attachements et la galerie des sciences – proposent aux visiteurs une exploration des territoires amoureux, en mouvement constant et traversés par de nouvelles technologies.

Dès 15 ans

Trilingue (français, anglais, espagnol)

GALERIE DE L ‘ATTACHEMENT

Cette galerie propose une vingtaine de saynètes éclectiques. De Stendhal

à Marivaux en passant par le téléphone portable et l’amour de soi… autant

de références culturelles et populaires, nullement exhaustives tant le palmarès est immense, qui permettent par leur forme d’apporter un regard nuancé

sur les diverses formes d’attachement.

Une série d’objets, de dioramas, d’images, des sons, mais aussi des poèmes ou des citations, éclairent l’amour au prisme de quatre mots grecs. Les dispositifs ont tous un même statut et se côtoient formant un bric-à-brac organisé, qui fait appel à la mémoire ou à la sensibilité du visiteur.

Garder le lien

Comment rester en lien ? Une installation évoque le téléphone portable qui relie

les gens dans le monde entier, quels que soient leur âge et leur culture. Les migrants sont nombreux à écouter des musiques familières sur les plateformes musicales,

à rassurer leur entourage resté au pays par le biais de messages ou de photos postés sur les réseaux sociaux. À toutes les étapes de leur aventure, le portable est un outil précieux.

Eros

Comment présenter l’érotisme et le fantasme sexuel dans un musée de sciences ? Le film Eros y répond en proposant un corps à corps sous forme d’une danse réalisée par deux comédiens-danseurs (réalisation Bridges, Manon Heugel).

L’attachement n’est pas qu’affaire de mots, c’est également une affaire de corps.

« Depuis l’aube de leur histoire, les hommes et les femmes ont connu des milliards d’étreintes, d’ivresses, d’extases et de spasmes. Des milliards de dégoûts, de conflits, de blessures, de rancunes. Des milliards de corps-à-corps, d’accords ou de désaccords […]. Sur l’autel de désir, ils ont versé des océans de sperme, de sang et d’encre […]

et pourtant tout recommence toujours comme au premier jour.»

Fabienne Casta-Rosaz, historienne.

Un panneau d’avertissement signale que le film diffusé dans cette alcôve comporte des scènes à caractère sexuel.

Figures d’agapè 

Sont présentées ici le portrait de 5 personnes ayant fait œuvre de don de soi et d’amour de l’humanité. 

Malala Yousafzai, militante pakistanaise des droits des femmes, qui s’est opposée aux talibans qui tentaient d’interdire la scolarisation des filles, obtient le titre prix Nobel de la paix en 2014. 

Denis Mukwege, médecin gynécologue et défenseur des droits de l’Homme
en République démocratique du Congo, prix Nobel de la paix en 2018, est connu pour son engagement visant à mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre. 

Nadia Murad, militante irakienne des droits de l’Homme et ancienne esclave sexuelle de Daesh se voit également récompensée du prix Nobel de la paix en 2018. 

Greta Thunberg, née le 3 janvier 2003, est une militante suédoise pour le climat connue pour ses manifestations régulières devant la Riksdag, le Parlement suédois, à Stockholm. Elle est devenue l’icône des manifestations étudiantes pour le climat partout en Europe. 

Loujain al-Hathloul est un symbole de la lutte pour la liberté d’expression
et l’émancipation par la connaissance et l’action politique. Cette militante saoudienne des droits des femmes, âgée de 29 ans, est accusée, comme huit autres féministes incarcérées avec elle, d’avoir eu « l’intention de saper la sécurité, la stabilité et l’unité nationale du royaume ». 

Au-delà des grandes figures comme celles de l’abbé Pierre, Nelson Mandela ou Adolphe Kaminsky, de nombreuses personnes aident et font de leur action, souvent dans l’ombre, un des principes de leur vie. Qui sont ces anonymes qui dans leur pays, leur région, dans leur quartier aident les autres, consacrent du temps, de l’énergie, donnent sans contrepartie, prennent le risque de désobéir, voire de mettre leur vie en danger ? Est-ce par intérêt, par plaisir, par conviction, par mimétisme ou bien… par amour ? 

Histoires d’amour 

Une soixantaine de romans d’amour sont rassemblées ici dans une bibliothèque. Les visiteurs peuvent troquer leur livre pour un de l’exposition. 

La littérature, la poésie flirtent avec l’amour depuis des siècles ; romanciers, poètes, écrivains sont de magnifiques ambassadeurs de l’amour. Ils se sont emparés d’histoires et ont donné corps et vie à de magnifiques personnages : Tristan et Iseut, Roméo
et Juliette, Anna Karénine, le jeune Werther, Mme de Merteuil, Don Juan, Chloé 

et Colin, Bérénice… Ces personnages ont construit nos récits amoureux. Avec eux et grâce à eux, nous avons exploré la passion, les drames, la jalousie, l’attente, l’échec de l’amour, la rupture, le désamour. 

Amours désamours 

Ici le visiteur est invité à écouter une histoire personnelle, un souvenir d’attachement, une parole intime. Des personnes d’horizons et d’âge différent répondent à quatre questions : « À qui êtes-vous attaché et pourquoi ? », « Racontez-nous une rencontre marquante », « Racontez-nous un souvenir d’attachement rompu, d’une séparation avec quelqu’un de cher », et « Quelle a été la plus belle preuve d’amour 

qu’on vous ait donnée ? ». 

Amours en ligne 

Rencontres en ligne, rencontres à part ? Une visualisation de données des réseaux sociaux permet au public de mieux comprendre le phénomène des amours en ligne. Marie Bergström, chercheuse à l’Institut national d’études démographiques (Ined) explique que les nouvelles pratiques numériques n’ont pas révolutionné les rencontres. Elles n’ont pas bouleversé la géographie amoureuse en France sauf pour les personnes homosexuelles qui utilisent principalement ce moyen pour trouver leurs partenaires. Les sites et application de rencontres ont, a priori, la capacité de mettre en contact des individus éloignés spatialement et socialement. 

Pourtant, la tendance à former des couples au sein du même milieu social reste
la même qu’avec les autres modes de rencontres : de nouveaux mécanismes
de sélection de la part des partenaires sont à l’œuvre. Sans être une révolution,
le recours aux outils numériques modifie à la marge certains aspects de la rencontre : importance des échanges textuels, importance de l’image, rencontres à l’abri des regards. 

Dans ce cadre, l’écriture a, en effet, une grande importance. Un dispositif explore
les nouveaux codes amoureux de façon poétique et contemporaine en s’inspirant
du compte Instagram @amours_solitaires crée par Morgane Ortin, sur lequel
elle publie quotidiennement des SMS d’amoureux anonymes. Sous la bannière
de « la révolution de l’amour », elle veut donner une nouvelle légitimité au sentiment amoureux et à la sensibilité, libérer la parole dans la sphère de l’intime et pousser tout un chacun, homme et femme, à exprimer ce qu’il ressent, faisant fi des barrières de la honte et de la pudeur. 

Les visiteurs peuvent choisir un thème parmi l’amour familial, l’amour fraternel, l’amitié, les déclarations d’amour, les sextos, la rupture, la séduction, le chagrin d’amour. 

L’exposition vous apportera tout ce que vous vouliez savoir sur l’Amour…. Une sortie à ne pas manquer….

avenue Franklin-Roosevelt – 75008 Paris Franklin Roosevelt ou Champs-Élysées Clemenceau 

Ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 9h30 à 18h, et le dimanche de 10h à 19h. 

• Plein tarif : 9€ 

• Tarif réduit : 7€ 

(+ de 65 ans, enseignants, – 25 ans, familles nombreuses et étudiants).
Supplément 3€ pour le planétarium. 

• Gratuit pour les – de 6 ans, les demandeurs d’emploi
et les bénéficiaires des minimas sociaux, les handicapés et leur accompagnateur. 

palais-decouverte.fr #DelAmour 

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.