Magazine

ECOUTER SA VOIX INTERIEURE

  |   Coaching, Connaissance de soi   |   Pas de commentaire

Ecouter parler, c’est faire l’expérience de sa densité, de se retrouver SOI-même avec une grande respiration. C’est goûter à cette unité hors temps, à cette reconnexion essentielle, c’est rentrer dans sa vraie dimension, celle où le temps et l’espace s’éclipse pour nous libérer de la dualité. Et dans cet état là, les réponses deviennent naturelles. C’est alors le début d’une conversation intime, profonde où les problèmes les plus complexes trouvent leurs issues. Pour rentrer dans cet état là, il faut se détendre, se poser quelque part, se poser surtout en soi-même quel que soit l’endroit et la condition dans laquelle nous nous trouvons. C’est un déclic de la conscience qui se met en route dès lors que l’on fait appelle à elle. Notre corps humain est un super ordinateur, encore faut il savoir sur quelle touche taper, et quel logiciel lancer. Les scientifiques reconnaissent que nous ne nous servons que de 3% de notre cerveau…Les orientaux nous apprennent que par le biais d’une gamme avancée de yoga, notre corps, nos corps et nous même à l’intérieur pouvons évoluer. Depuis les années 60, depuis la vague hippies, des « yogis » et enseignements de tout bord ont commencé à affluer en occident. Métissage précieux…maintenant on va les voir au cirque se ranger dans une toute petite boite immergée pendant 2h au fond d’un bocal, histoire de convaincre les badauds ipso-facto qu’une autre réalité existe quelque part. et oui, il faut des preuves !!! Il y a 2000 ans un certain Jésus marchait sur les eaux , changeait l’eau en vin, posait les mains, etc, pour amener par des miracles les badauds pêcheurs alentours à accepter qu’il y ait un autre royaume, et la nécessité impérieuse de « tourner notre cœur vers le Seigneur », de sortir du principe de « œil pour oeil dent pour dent » et d’adopter une autre méthode : celle « d’aimer son prochain comme SOI-même »… Ailleurs, parallèlement et depuis des siècles, le Bhakti-yoga, ou voie de la dévotion, enseignait à ses adeptes comment rétablir sa relation avec Dieu, comment L’aimer et Le servir. Socrate et Platon ont enseigné par l’exemple que ce monde n’est qu’illusion comme l’est le reflet de l’arbre dans l’eau et qu’au-delà de la réalité terrestre, se trouve une autre réalité intemporelle. Cette maitrise des lois profondes de l’univers, Hermès Trismegiste la inscrit dans sa table d’Emeraude : « Tout ce qui est en bas et comme ce qui est en haut et tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas »…l’arbre qui se reflète dans le lac…De ce fait, un grand nombre d’initiés sont venus, tous différents, mais tous pour enseigner la même chose : comment réaliser notre véritable identité ? et cela commence par dr mettre à m’écoute de sa voie intérieure.

On ne peut pas parler de voie intérieure sans parler de travail sur soi, de cheminement parmi ce qui nous empêche justement de la percevoir, de l’entendre, faute de l’écouter.

En haut d’une haute montagne la vue y est magnifique, mais l’ascension est remplie d’obstacles et de choses indésirables…beaucoup de rochers et de cailloux, de pentes glissantes, d’orage et de nuages… les doutes, incertitudes, découragements, attachements émotionnelles multiples sont autant d’obstacles et de nuages sur cette route. Il faut donc balayer devant notre porte, faire le ménage. Diverses traditions dans autant de cultures proposent chacun à leur manière un moyen de s’élever. Cependant nous arrivons à un stade où revendiquer une voie dogmatique plutôt qu’une autre devient inutile parce que l’essentiel n’est plus là: l’essentiel est la reconquête de notre unité intérieure. Alors quel que soit le chemin que l’on prend pour gravir la montagne, l’important est bien de réaliser en nous le sommet. Il n’y a pas de différence entre un sage catholique, musulman, hindou, juif, agnostique, athée ou autre ! l’humilité, l’amour, le respect de soi et des autres, la connaissance et réalisation intérieure, la connaissance de Dieu, quel que soit le nom qu’on Lui donne, sont les mêmes partout dans le monde, que ce soit en orient ou en occident. Nous devons donc nous concentrer non plus sur le chemin mais sur nous même, sur notre véritable identité, qui n’a rien à voir avec ce monde de la dualité. Cessez de nous attacher à la forme même de cette réalisation mais à son essence.

Expérimenter cette voie intérieure c’est ressentir un grand apaisement, être enfin en résonnance avec nous même. Réaliser que nous ne sommes ni ce corps, ni ce mental qui nous trompe sans arrêt et qui nous embarque vies après vies à expérimenter constamment de nouvelle solution pour être « heureux », est notre challenge est de recommencer à chaque fois, d’une autre manière, ou de la même manière, suivant notre entêtement et notre aveuglement. Tant que nous chercherons une issue à l’extérieur de nous, cette quête du bonheur se terminera en fiasco avec un goût amer, toujours autant assoiffé de vraie densité.

En tant que médium, je suis confrontée quotidiennement au désarroi, à la frustration, à l’espérance déçu de ceux qui me consultent. Et je leur dis : je ne suis que le haut parleur de votre intuition…. La voyance n’est là que pour soulever le voile des possibles, ceux que vous vous choisirez…La solution se trouve en Vous-même car Vous êtes l’artisan de Votre destin. Le hasard n’existe pas, ni même la fatalité. Cessez de chercher ce futur qui vous échappe, cessez d’être envahis par les miasmes d’un passé que vous avez-vous-même provoqué, cessez de demander QUAND ??? car le temps est la mesure que Vous seul maitrisez.

Le présent, Votre présence est la seule réalité qui importe, le futur n’existe pas, le passé n’existe plus, vous êtes seulement dans le présent, et le réaliser pleinement est le but et le moyen d’entrer en éternité, au-delà des contingences que la dualité nous impose. Mieux que le passage magique dans Harry Potter, notre voie intérieure est la porte d’accès vers Dieu, vers cette autre réalité que nous avons baptisé ici « recherche du bonheur » et qui se solde en fin de compte par une recherche de plaisirs uniquement basés sur le frottement de notre enveloppe charnelle et sensorielle avec d’autres enveloppes charnelles et sensorielle. Retrouver sa voie intérieure c’est rendre grâce à soi même, dans la juste compréhension de qui nous sommes vraiment : une âme spirituelle, de même nature que Dieu, qualitativement identique à Lui mais pas quantitativement. Tout comme l’étincelle est issue du brasier et meurt dès qu’elle s’éloigne de lui, de même, nous sommes perdus dès lors que nous nous éloignons de notre voie intérieure qui nous relie à Dieu.

A l’heure des GPS et système radars ultra perfectionné, nous n’avons jamais été autant désorienté et perdu…

Dieu nous appelle, et les êtres lumineux, ses humbles serviteurs nous enseignent qu’une autre réalité existe au-delà de cette réalité terrestre, et c’est par notre voie intérieure que désormais nous sommes contactés.

A vos écouteurs !

Claire MAZAL

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.