Magazine

Le LIDO

  |   Sorties/spectacles   |   Pas de commentaire

Encore une fois, pour une soirée, seul(e) ou en famille (pour célébrer un événement) ou avec des collègues de travail (pour fêter une promotion) ou…. En amoureux , voici encore une sortie inoubliable. LE LIDO ! Si vous aimez les spectacles à paillettes et à plumes, vous adorerez cette soirée élégante. Je vous livre une partie du dossier de presse, et j’en remercie sincèrement Monsieur Eric LANUIT, Attaché de Presse du Lido, afin de vous livrer tous les secrets de cet établissement tant convoité par nos amis les touristes. Bonne lecture et que tout ce qui suit vous donne envie de sortir et de passer une soirée complètement en dehors de la solitude et des soucis du quotidien… Une soirée de rêve…

 

HISTORIQUE DU LIDO

 

Les frères Clerico rachètent le Lido à Léon Volterra en 1946. Ils le transforment, le font décorer luxueusement et y apportent plein d’idées nouvelles. Chaque revue est d’autant plus un succès que les attractions sont de grande qualité. Ils créent et mettent en place la formule du dîner spectacle qui sera copiée dans le monde entier. En 1947, le cabaret accueille Laurel et Hardy pour la seule fois où les comiques américains se produisirent en France. Peu à peu, la renommée du Lido devient mondiale. Au point qu’en 1958, une réplique de sa revue est montée à Las Vegas. Le contrat prévu pour six mois fut prolongé pendant trente-deux ans.

 

C’est en 1977 que le nouveau Lido voit le jour. Il déménage alors du 78 Champs Elysées au 116 bis. Il est plus grand, plus beau, plus luxueux mais l’esprit reste identique. De même que les surprises qui ont toujours marqué l’histoire de cet établissement.

 

LES VISIONNAIRES

 

Émerveillé par la beauté et les yeux bleus du bébé, le médecin se pencha sur le bébé : «Bluebell» (Jacinthe sauvage) murmura-t-il. Le surnom resta à Margareth Kelly, une Irlandaise, une enfant abandonnée. Plus tard, danseuse, elle s’en souviendra et décidera d’en faire son nom d’artiste. Ainsi naît «Miss Bluebell». Sa troupe, dont chaque danseuse doit mesurer au moins 1,75 mètres, est rapidement connue. Mais elle ne conquiert la célébrité que lorsqu’elle intègre le Lido en 1948C’est une équipe hors du commun qu’elle découvre alors. Ceux qui tiennent la barre sont les frères Clerico, Joseph et Louis. Très vite, les Clerico entrent en contact avec Pierre-Louis Guérin. C’est un homme de spectacle, impresario et propriétaire d’une boîte de nuit. Il est ambitieux, ne rechigne jamais à la dépense et adore mettre en pratique les propositions qu’on lui soumet.

 

Un an plus tard, René Fraday les rejoint. Il a cent idées à la minute et parcourt le monde pour découvrir des attractions exceptionnelles. Au fil des années, il invente la piste de glace, la piscine et les effets d’eau, les hélicoptères qui volent dans la salle, autant d’initiatives encore jamais vues.

 

Ce «Club des Cinq» fut, pendant quelques trente années, celui des «mousquetaires du rêve», dominant le spectacle parisien et étonnant le monde.

 

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.