Magazine

PORTRAIT D’UN HOMME SIMPLE AU DESTIN EXCEPTIONNEL

  |   Connaissance de soi, connaissances de soi : coaching   |   Pas de commentaire

Fernando Costa, un homme simple au parcours exceptionnel avec un destin hors du commun

Ses oeuvres sont un hommage à la mémoire collective. Des « histoires » figuratives ou abstraites, qu’il raconte avec des plaques de métal qui font écho aux puzzles de son enfance. Panneaux routiers, plaques publicitaires, objets émaillés… Fernando Costa, tel un Chef cuisinier, taille, soude, assemble en fonction des arrivages.

Fernando Costa est une forte tête. Qui tord le coup aux clichés galvaudés des artistes bohèmes cherchant l’inspiration dans la nonchalance, la ouate des laps de temps suspendus et des rêveries à n’en plus finir…

 

Fernando Costa en chiffres

2 : le nombre de tonnes de plaques émaillées stockées chaque année dans ses entrepôts 4 : les heures de sommeil qui suffisent aux nuits de ce créateur en éveil
1998 : décès du sculpteur César, premières sculptures de Fernando Costa
2005 : 26 oeuvres vendues en 50 minutes, le début du succès

2013 : Fernando Costa est le 18e artiste à être choisi pour créer l’ « Art Car » des 24 Heures du Mans. Après Calder, Warhol, César, Arman et Jeff Koons… une consécration !

 

La rentrée 2018 de Fernando Costa

Une oeuvre clin d’oeil pour les journées du patrimoine qui se dérouleront les 15 et 16

septembre prochains : un landeau tricolore de 1948, visant à remercier la France d’avoir accueilli sa famille et celles d’une bonne partie de la communauté portugaise installée à Sarlat.

Le vernissage de son exposition pour la FIAC 2018 le 17 octobre, au Grand Palais.

Une signature chez Artcurial le 18 octobre prochain pour son premier livre retraçant son parcours et son oeuvre, sous la plume de Johan-Frederik Hel Guedj.

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.