Magazine

PSYCHOLOGIE : DE L’ EMPATHIE A LA SOLIDARITE

  |   Entraidons-nous, Psychologie   |   Pas de commentaire

De l’empathie a la solidarité


De nombreuses études témoignent de l’intérêt croissant des jeunes de 18 à 28 ans pour le secteur de la solidarité, en particulier internationale. Véritable phénomène de société, ils affirment leur désir de faire bouger les choses! 

En fait, ce sont des jeunes de moins de 25 ans, étudiants, catholiques et de milieux aises. Les pays les plus représentés sont les États Unis, la France, le Japon et l’Espagne.

Mais qu’est ce qui pousse tous ces jeunes a s’engager pour les autres? Comment l’empathie, dont ils font preuve, les amènent ils a passer leur vacances a faire quelque chose pour les autres ou pour la planète?

15% d’entre eux donnent de leur temps:

Ni héros ni saints , ils ont décidé d’aider les personnes en difficulté, malades, isolées, âgées, illettrées, exclues: tous les -laisses- pour -compte de notre société. D’ailleurs on parle plus facilement de volontariat que de bénévolat, car ce n’est plus l’apanage des retraités ou des femmes au foyer. Aujourd’hui de plus en plus de jeunes et d’actifs se sentent investis d’une mission de solidarité.

Le bénévolat est un espace de liberté et de choix:

C’est un fait: beaucoup de bénévoles sont profondément humanistes et respectent leur prochain, quelles que soient son apparence, ses convictions, sa condition. Les uns choisissent le bénévolat pour des raisons religieuses, d’autres aident leurs prochains parce qu’ils ont, eux mêmes, trouvé des mains secourables quand ils en ont eu besoin. D’autres encore, trouvent que leur génération a un rôle actif a jouer dans le monde qui les entoure et préfèrent passer leur temps libre ā être utile que de lézarder sur une plage en famille. Ils ont l’impression de vivre une expérience de groupe, riche et utile.

La véritable raison a notre soif d’aider nos prochains nous échappe, car elle est inconsciente:

Pour les psy, tout se joue autour de la réparation de notre histoire personnelle: une culpabilité ancienne, une dette a acquitter, un manque a combler. Ces motivations ne sont pas un obstacle, a condition d’être au clair avec soi même et de garder a l’esprit qu’on n’est pas la pour soi mais pour l’autre. Pour être bénévole, il faut du bon sens, une qualité d’écoute, de l’empathie, un équilibre affectif et surtout  rester a la bonne distance pour laisser toute la place a celui qu’on vient aider. Le bénévolat n’est pas la pour se mettre en valeur, ni a se donner bonne conscience.

Le bénévolat doit favoriser l’épanouissement de ceux qui s’y engagent. Il apporte beaucoup de richesse d’émotions, de partage, de rencontre.

Dès lors, comment situer un engagement volontaire pour qu’il soit efficace, source de vie et de bien-être ?

-rejoindre une organisation pour trouver réponse à ses attentes. 

-travailler en équipe permettant échanges et confrontations  d’idées.

-mesurer son engagement pour qu’il reste cohérent avec d’autres (familiaux

notamment)

-connaître le projet dans lequel on s’inscrit .

-faire savoir ses compétences et savoir-faire.

Le plus important:

Ce qu’il reste a définir c’est le bénéfice que chaque jeune peut tirer de son expérience de solidarité. Chacun a la possibilité de venir en aide a l’autre pour autant que son choix soit le sien et non pas celui de ses parents, de ses amis, de ses professeurs.

Le choix de faire plaisir a l’autre ou a la planète s’ancre dans des valeurs personnelles de croyance que chacun peut contribuer a améliorer le sort de l’autre ou de la terre, en n’attendant rien en retour: c’est un acte gratuit d’amour et de compassion.

Pour aller plus loin:

http://www.routard.com/guide_dossier/id_dp/37/le_volontariat_international.htm
http://www.volontariat.gouv.fr/

http://www.jemv.org/:jeunesse en mouvement pour le volontariat

http://www.clong-volontariat.org
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.