Magazine

LES OMEGAS

  |   Les Bons plans, Pratique   |   Pas de commentaire

                         LES OMEGAS 

Pourquoi faut-il manger plus d’oméga-3 et 9 ? Car nous mangeons de moins en moins d’oméga-3 et de plus en plus d’oméga-6.  L’obésité, les maladies cardiovasculaires, le diabète sont devenus en quelques décennies un problème de santé publique majeur.

La responsabilité de ce type d’alimentation s’est imposée désormais comme un paradigme médical, conduisant à préconiser leur réduction drastique tout en favorisant parallèlement les matières grasses d’origine végétale. Il existe un consensus pour incriminer l’évolution de notre modèle alimentaire dans la genèse de ces pathologies : excès calorique, diminution des féculents et des fibres au profit de glucides à fort index glycémique et surtout excès de graisses d’origine animale et de viandes.

Donc si notre mode d’alimentation a fortement dérivé et avec l’industrialisation et l’élevage intensif, nos apports en acides gras polyinsaturés ont radicalement changé. Nous consommons de plus en plus de produits industriels et l’industrie agroalimentaire utilise des matières grasses très riches en oméga-6 (huile de palme, de tournesol, d’arachide…). Une chose aussi à noter, les animaux qui mangeaient autrefois de l’herbe et autres graines naturellement riches en oméga-3, ces derniers sont aujourd’hui élevés avec des farines de maïs et de soja, des aliments inversement riches en oméga-6. => Résultat, les produits animaux (viande, lait et œufs) sont désormais pauvres en oméga-3 mais riches en oméga-6.

Les oméga-3

  • Les oméga-3 agissent tout au long de la vie. Présents en abondance dans certaines huiles végétales (noix, soja, colza, lin, germe de blé) et dans la chair des poissons gras (thon, saumon, maquereau…).
  • Les oméga-3 ne sont pas des inconnus pour les neurologues et les pédiatres. En effet, la consommation d’acides gras oméga-3 joue un rôle important dans le développement des fonctions cérébrales chez le petit enfant.
  • Les omégas 3, ils fluidifient le sang, diminuant les risques d’athérosclérose, et limitent les troubles du rythme cardiaque.
  • Ils augmentent ainsi notre résistance au stress et préviendraient la dépression et la maladie d’Alzheimer.
  • Ils se mesurent sur la mémoire, sur la concentration et les facultés d’apprentissage. Un acide oméga-3 tire particulièrement son épingle du jeu à ce niveau : le DHA ou acide docosahexaénoïque.
  • Plus le neurone est riche en DHA, plus le cerveau a la faculté de se développer, plus les performances cognitives sont appréciables. Cette faculté protégerait la santé mentale.
  • Le mécanisme moléculaire de protection contre certaines maladies neurologiques (attaques cérébrales, épilepsie, dépression…) par les oméga-3 a été élucidé par une équipe française du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique).
  • Des études sérieuses ont démontré que les oméga-3 et, surtout, le DHA, diminuent les dégâts neuronaux provoqués par une attaque cérébrale.  Les attaques cérébrales touchent chaque année plus d’un millions de personnes. Elles constituent la deuxième cause mondiale de mortalité après les maladies cardio-vasculaires et sont une source majeure de handicap pour les patients qui survivent, entraînant paralysies, aphasies, dépressions ou épilepsies secondaires à l’ischémie (interruption de la circulation sanguine).

Avec les oméga-3 et leur effet protecteur disséqué, on peut envisager l’espoir de nouveaux traitements. Un enjeu capital sachant qu’au moins 20 % des patients épileptiques (environ 2 % de la population) sont résistants aux traitements existants.

Les oméga-9   Les oméga-9 (acides oléïques, gadoléique,  érucique, acide nervonique). Ils sont une sorte d’acides gras mono-insaturés. Les oméga-9, à l’inverse des oméga-3 et oméga-6, ne sont pas essentiels : le corps humain peut les fabriquer à partir d’autres acides gras insaturés. On les retrouve dans les huiles végétales, notamment l’huile d’olive qui est riche en acide oléique, un des principaux oméga-9.

  • Les oméga 9 réduisent le mauvais cholestérol
  • Les oméga-9 ont un rôle bénéfique sur la santé, en étant notamment impliqués dans la diminution des risques d’accidents cardiovasculaires ou de cancer.
  • On en trouve dans l’huile d’olive, dans les noix, les arachides, l’avocat, les noisettes
  • Les oméga-9 ont des effets bénéfiques reconnus contre les maladies cardio-vasculaires par leur action sur le cholestérol
  • A des effets bénéfiques sur les risques d’hypertension

Forever Arctic-Sea se compose d’acides gras insaturés, les oméga-3, dont de l’EPA (acide eicosapentaénoïque) et du DHA (acide docosahexaénoïque) présents dans les huiles de poissons et de calamar. Ces acides gras sont dit « essentiels » car l’organisme ne sait pas les synthétiser.

  • 45.91 % d’huile de poissons, 16.69 % d’huile de calamar, 11.31% d’huile d’olive extra vierge

 

Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.