Magazine

SANTE : MALADIE DE CRONH

  |   médecines et médecines douces, Santé   |   Pas de commentaire
MALADIE DE CROHN : UNE NOUVELLE THÉRAPEUTIQUE INNOVANTE
Le groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon réalise
des injections de cellules souches dans les fistules anales complexes                                                                         Très peu d’hôpitaux pratiquent cette nouvelle approche thérapeutique : la greffe de cellule souches pour réparer les fistules anales de patients atteints de la maladie de Crohn réfractaires aux traitements médicamenteux habituels. Depuis le début du mois de mars, le service de proctologie du groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon propose ce protocole innovant à ses patients 
 Presque 1 patient sur 3* atteint de la maladie de Crohn souffre de fistules anopérinéales. C’est une complication majeure en soi, car au-delà de la détérioration de la qualité de vie du patient, des infections peuvent survenir et avoir des répercussions très importantes sur la santé du patient. Jusqu’à présent, les seules options thérapeutiques étaient le drainage associé à une biothérapie. Dans certains cas, ce traitement est malheureusement insuffisant, et les fistules ne se referment pas totalement.
Pour tous les patients dont les fistules ne se ferment pas ou récidivent, une nouvelle approche thérapeutique innovante a été mise au point. Le principe est d’injecter tout le long du chemin des fistules drainées des cellules souches qui, en colonisant le tissus lésé, le répareront de manière définitive. Ces cellules proviennent toutes de la culture de cellules souches adipocytaires extraites d’une liposuccion d’un donneur sain. A partir de ce prélèvement, ce sont pas moins de 120 millions de cellules souches que l’entreprise pharmaceutique japonaise Takeda, la seule au monde à cultiver ce type de cellules pour réparer les fistules anales complexes de patients atteints de la maladie de Crohn, met à la disposition des médecins habilités à réaliser le geste technique que constitue cette injection. Le groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon est l’un des rares établissements à avoir été agréé centre expert pour pratiquer cette injection de cellules souches. Takeda ne fournit en effet pour l’instant qu’une poignée d’hôpitaux, au vu de la technicité du geste mais aussi de la sécurité qui doit entourer le transport des cellules vivantes depuis le laboratoire de culture, situé à Madrid, jusqu’au bloc opératoire. Chacune des doses est extrêmement précieuse : seulement 6 sont disponibles chaque jour pour l’Europe entière, uniquement pour les établissements reconnus comme centres experts. 
Le groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon est l’un des rares établissements à avoir été agréé centre expert pour pratiquer cette injection de cellules souches. Takeda ne fournit en effet pour l’instant qu’une poignée d’hôpitaux, au vu de la technicité du geste mais aussi de la sécurité qui doit entourer le transport des cellules vivantes depuis le laboratoire de culture, situé à Madrid, jusqu’au bloc opératoire. Chacune des doses est extrêmement précieuse : seulement 6 sont disponibles chaque jour pour l’Europe entière, uniquement pour les établissements reconnus comme centres experts.C’est le Dr Isabelle Etienney, la nouvelle cheffe de service de proctologie du groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon, qui pratique ces injections. À ce jour, un premier patient a déjà bénéficié de ce protocole innovant dans notre hôpital et au moins une dizaine est prévue pour les mois qui viennent.
 Pour toute information complémentaire ou pour être mis en relation avec le Dr Isabelle Etienney, n’hésitez pas à contacter le service Communication du groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon
Pas de commentaires

Ajouter un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.